Merci de choisir votre pays et votre langue

  • International
    • English
    • Deutsch
    • Français
    • Italiano
    • Español
  • Suisse
    • Deutsch
    • Français
    • Italiano
  • Allemagne
    • Deutsch
  • Autriche
    • Deutsch
  • France
    • Français
  • Italie
    • Italiano
  • Espagne
    • Español
  • Benelux
    • Français
    • English
  • USA
    • English
    • Español

Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur le site, vous acceptez d’utiliser nos cookies. Vous pouvez trouver plus d'informations sur la page 'Déclaration de protection des données'.

Comparer

Comparer maintenant

Merci de choisir votre pays et votre langue

  • International
    • English
    • Deutsch
    • Français
    • Italiano
    • Español
  • Suisse
    • Deutsch
    • Français
    • Italiano
  • Allemagne
    • Deutsch
  • Autriche
    • Deutsch
  • France
    • Français
  • Italie
    • Italiano
  • Espagne
    • Español
  • Benelux
    • Français
    • English
  • USA
    • English
    • Español

L‘Art de l’Aero

9. décembre 2016 — BMCSwag
BMCSwag

Il est là. Il est partout. Vous le sentez caresser vos bras et votre visage. Invisible, inaudible, sans odeur, impalpable mais là. L’air, ou comme nous l’appelons plus communément, le vent. Mais que représente vraiment le vent pour le cycliste ? Pour vous et pour nous ? Il peut nous aider à aller plus vite mais une fois que nous avons franchi le seuil de nos capacités physiques, il devient aussi celui qui peut nous faire craquer. Très peu d’éléments naturels ont des polarités aussi influentes. Le vent est à la fois notre meilleur allié et notre pire ennemi, une malédiction et une bénédiction. Il est aussi l’objet d’une fascination pour nous, chez BMC. Notre quête constante de moyens pour se jouer mais aussi profiter de lui est une aventure passionnante.

Nos premières tentatives pour défier Dame Nature

Trouver le bon équilibre entre rejeter ou adopter, haïr ou aimer le vent peut s’avérer difficile. Au fil des saisons, ici en Suisse, nous faisons la même expérience que vous. Nous appuyons fort sur les pédales en nous rendant au bureau avec le vent de face. Nous essayons de trouver un abri, nous nous plions sur notre machine et nous réjouissons du chemin inverse, vent de dos, quelques heures plus tard. Tout comme pour vous, il nous est impossible d’échapper au vent. C’est pour cette raison que depuis l’apparition des premiers tubes aux formes aérodynamiques, nous nous efforçons de déjouer les plans de Dame Nature et ses effets sur le cycliste.

En 2002, les ingénieurs de BMC se sont lancé le défi de créer un vélo de contre-la-montre qui viendrait surpasser tout ce qui avait été fait jusqu’alors. Chaque domaine de recherche en aérodynamisme a alors été étudié : voile, Formule 1, aviation, bobsleigh, luge, kite surfing et golf pour n’en citer que quelques-uns. N’importe quel engin, motorisé ou non, qui subit les effets du vent a en effet été analysé par les ingénieurs BMC. Très vite, nous avons dû nous rendre à l’évidence : défier Dame Nature ne serait pas une mince affaire. Mais plus nous avons appris, plus nous nous sommes piqué au jeu. Après deux années de recherches, une conclusion s’est imposée à nous : c’est la combinaison du cycliste et de son vélo qui est essentielle. C’est vers celle-ci que toutes les recherches se sont alors tournées. En effet, l’efficacité sur le vélo est loin d’être dictée par la seule performance de la machine. Celle-ci et le cycliste doivent en effet être considérés comme ne faisant qu’un.

Le Timemachine TT01 a débarqué en 2004. Le vélo de contre-la-montre le plus aérodynamique et le plus innovant du monde était alors fait sur mesure et à la main, en Suisse. Chaque vélo était fabriqué à l’aide de nos technologies propres et selon les cotes idéales du cycliste ; un procédé qui laissait la concurrence à des années lumières et l’a alors contrainte à copier nos technologies pendant des années. Le fait que le cycliste est responsable pour 70 à 80% de la résistance à l’air était loin d’être un secret. Mais, parce qu’il compliquait l’équation, il a longtemps été ignoré par de nombreux fabricants de cadres. Si le Timemachine TT01 était fait pour défier la vitesse et a été à l’origine de l’utilisation de fourches déportées et de cockpits intégrés, il a surtout démontré que la performance est autant influencée par la position du cycliste sur le vélo que par la forme des tubes de celui-ci. Les bases du concept d’aérodynamisme de BMC étaient donc posées. Un cadre aérodynamique et une position aérodynamique et durable du cycliste ; telle est l’équation parfaite.

Le cycliste au centre de l’équation

La recherche a repris son cours dès le lancement du Timemachine en 2004. Grâce à une multitude de pièces moulées en résine et de prototypes à disposition, nos ingénieurs et designers ont décidé de travailler en collaboration avec les acteurs les plus importants de l’aérodynamisme cycliste. Après quelques séances dans des souffleries nord-Américaines et Européennes, nous sommes vite arrivés à la conclusion que la partie frontale du vélo et donc celle exposée au vent devait être la plus mince possible et que les câbles devaient être entièrement cachés. Mais aussi surprenant soit-il, le cycliste était encore trop peu considéré en dehors du fait qu’il devait apparemment adapter la position la plus couchée et basse possible. Bien que nous travaillions en étroite collaboration avec nos équipes professionnelles sur route et de triathlon pour le développement de ce vélo de chrono, nous étions parfaitement conscients du fait que les athlètes sont capables d’adopter des positions que nous autres amateurs, ne pouvons à peine concevoir. Etre aéro est leur métier et ils sont assistés par une armada d’entraîneurs et de physiothérapeutes pour cela. Pour la plupart d’entre nous, rouler plié en deux sur une machine n’est pas imaginable.

Vmax = p2p x subA : La formule pour battre des records

Appliquer les réalités de l’aérodynamisme pour les vélos destinés aux cyclistes amateurs est devenu une véritable mission pour nos ingénieurs. En a résulté le lancement en 2011 du Timemachine TM01 développé grâce à la formule Vmax = p2p x subA . Les résultats ont été immédiats pour nos athlètes professionnels : une victoire dans le Tour de France suite au contre-la-montre individuel victorieux de Cadel Evans suivi d’un meilleur temps à vélo réalisé par Andreas Raelert lors d’un triathlon longue distance Ironman. Depuis, il y a aussi eu deux titres de Champion du Monde du contre-la-montre par équipes pour le BMC Racing Team (2014 et 2015) et de nombreuses victoires en triathlon longue distance dont deux titres de Champion d’Europe Ironman 70.3.

Les amateurs roulent aussi aéro

Cela étant, l’adaptabilité de la position du cycliste grâce au concept P2P (Position to Perform) restait tout aussi importante à nos yeux que la validation de la performance par nos athlètes professionnels. Une potence et une tige de selle ajustables à l’infini permettent au cycliste de trouver sa position idéale : aéro et supportable sur la durée. Chacun peut donc désormais trouver sa position sans faire le sacrifice de l’aérodynamisme et de l’intégration. La popularité des vélos aéro de BMC parmi les amateurs est grandissante et le phénomène se constate chaque année grâce au comptage de vélo à Kona à l’occasion des Championnats du Monde Ironman.

Une nouvelle génération pour augmenter notre avance

Puisque nous sommes convaincus du fait que le cycliste compte pour 70 à 80% dans l’équation de l’aérodynamisme, notre façon de garantir une performance aéro est de proposer une position tenable pour toute la durée de la compétition. C’est aussi simple que cela et cela est notre objectif depuis plus de dix ans. Nous avons donc pensé à chaque détail, de la forme des tubes à l’intégration des composants, pour arriver au niveau de performance et au « look and feel » de ce qu’on attend d’un vélo aéro. Depuis le lancement du Timemachine TM01 en 2011, nous avons continué à travailler et derrière les portes de l’Impec Lab nous avons imaginé des designs révolutionnaires pour continuer à avoir une roue d’avance sur nos concurrents.

 

 

Notre partenariat récent avec Sauber Engineering, spécialiste suisse en aérodynamisme pour la Formule 1, nous a permis de découvrir de nouveaux horizons. La soufflerie de renommée internationale de Sauber Engineering située à Hinwil en Suisse a donc servi de base pour nos recherches les plus récentes. En tirant profit de leurs compétences en termes d’acquisition de données et de leurs ordinateurs ultra-puissants, nous avons poursuivi notre quête et étudié le design et l’intégration de cadres et de composants avec la plus grande attention au détail. Un projet de plus de trois ans pour mettre au point le vélo parfait, aérodynamique pour le vent de face et stable pour le vent de côté, débouche aujourd’hui sur le vélo de triathlon et de contre-la-montre le plus innovant de tous les temps. Sans aucun compromis sur l’adaptabilité de la position, notre dernière création fera tomber de nombreux records. Encore et encore. Avec cette machine à défier le vent, nous nous rapprochons encore plus de notre but : défier Dame Nature.

Innovations
International, Français Sites BMCRecherche détaillantB2BContact